Ghyld a dit... #1

Cette interview a été réalisée lors de la sortie du premier tome de la saison 1 de l'affaire Haartmenger, tandis que celle-ci était éditée en série.

ASP désigne Anima Studio Productions. GVH, Ghyld V. Holmes.

ASP : Bonjour Ghyld, L'affaire Haartmenger est votre premier roman. Quel a été votre parcours jusqu'ici ?

GVH : En fait, je suis un scénariste de films. J'ai écrit des fictions et des documentaires. J'ai aussi une activité de Script Doctor où j'interviens sur des scénarios déjà écrits pour les améliorer et les faire correspondre aux impératifs propres aux films. Enfin, j'ai un scénario de BD sur le bureau d'un éditeur.

ASP : Pourquoi cette volonté de s'essayer sur tous les supports ?

GVH : Pour moi, le support est secondaire. La priorité, c'est l'histoire. Ce n'est qu'ensuite que se pose la question de lui trouver le support qui lui convient le mieux. Certaines histoires sont faites pour être racontées en images, d'autres avec des mots. C'est à l'auteur de sentir cela. Ça fait pleinement partie du métier, de sa responsabilité. Un jour Alexandro Jodorowsky m'a dit : "Si j'ai beaucoup de temps et beaucoup d'argent, je fais un film. si j'ai un peu de temps et un peu d'agent, je fais une BD. Enfin, si j'ai beaucoup temps et pas d'argent, je fais un roman." Si je suis d'accord avec le fait qu'il faut choisir le bon support pour son histoire, le temps et l'argent ne sont en aucun cas mes critères. Ce choix — primordial — est viscéral, un peu comme les choix que fait une mère pour protéger ses enfants. Ça ne répond pas toujours à la logique et pourtant les événements lui donnent bien souvent raison ! 

ASP : Décrivez nous l'univers de l'affaire Haartmenger ?

GVH : L'affaire Haartmenger, c'est un polar futuriste, dans un univers à la croisée d'I, Robot,de Minority Report et deBlade Runner. Mais sa singularité vient du fait que progressivement l'ésotérisme, le fantastique, le mystère y trouvent également leur place. Au fur et à mesure que le récit avance, L'affaire Haartmenger mue en un polar futuriste fantastique.

ASP : Pourquoi ce mélange des genres ?

GVH : Il ne s'agit pas du tout d'un mélange ! De mon point de vue, il est juste impossible de scinder cet aspect — disons spirituel — du quotidien classique, banal de nos vies et ce quelque soit l'époque où se déroule la narration. Le fait que L'affaire Haartmenger soit un roman d'anticipation n'enlève rien au fait que l'homme est un être se posant énormément de questions existentielles : quel est le sens de la vie ? Y a-t-il une vie après la mort ? Un enfer ? Un paradis ? Des entités démoniaques et angéliques ? D'autres réalités que la notre ? etc. Les questions sont pléthores et en chacun d'entre-nous. En tant que conteur, je ne peux en faire abstraction pour juste une histoire de genre. Nous sommes des personnalités complexes vivant dans un monde que nous sommes loin de comprendre entièrement. Mes histoires reflètent cette réalité fondamentale.

ASP : Merci pour ce moment passé avec nous, Ghyld. Un dernier mot à vos futurs lecteurs ?

GVH : Laissez-vous immerger dans l'univers de L'affaire Haartmenger et je vous promets un voyage dont vous vous souviendrez longtemps. Et plus que tout, prenez autant de plaisir en découvrant chaque nouvelle page que j'en ai eu en l'écrivant.

 

David Salomon
Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Media

Plus dans cette catégorie : Qui est Ghyld V. Holmes ? »